Particuliers

Exemple 1

Un cadre en manque de confiance

          Un(e) cadre qui prend souvent la parole en public, bafouille dès le début de son exposé et ce jusqu'à la fin. Que peut-il faire pour éviter de buter sur les mots ?

 

          Nous allons en chercher les causes : est-ce qu’il bafouille à cause du stress, d'un manque de confiance, de concentration, d’une mauvaise respiration, d’une mauvaise articulation, d’une mauvaise écriture ou ponctuation... En fonction de ces observations, nous choisirons une méthode adaptée à ses besoins.

Il sera important aussi de travailler la projection de la voix, pour se faire entendre sans se faire mal à la gorge - et pouvoir tenir dans la durée.

Exemple 2

Un étudiant qui prépare ses examens

          Un étudiant qui passe des oraux pour ses examens de fin d'année, n’est pas très à l'aise à l'oral. Comment peut-il s’y préparer ?

 

          L’idée est d’apprendre à ne pas se laisser envahir par le stress, en mettant en application quelques petits gestes qui peuvent détendre juste avant la prise de parole.

Nous identifierons les points faibles qui le déstabilisent pendant son exposé.

Tous les cas de figure inconfortables pour lui, seront envisagés pour lui permettre d’arriver convaincu et convaincant face au jury, tel un sportif sur un ring.

Cette méthode pourrait aussi convenir à une personne à la recherche d’un emploi, qui ne réussit pas ses entretiens d’embauche.

Exemple 3

Un(e) adolescent(e) en mal-être

          Une adolescente en mal-être, à la recherche d’une identité, qui se sent mal dans sa peau et n’a pas confiance en elle. Que peut-elle faire pour se sentir mieux ?

 

          La pratique du chant serait idéale. C’est une activité ludique qui nous pousse à dépasser nos limites, des limites que parfois nous ne connaissons pas nous-mêmes. C’est un bon moyen de s’épanouir, de se découvrir à travers une activité qui peut parfois se transformer en véritable passion.

Exemple 4

Un avocat à la voix fatiguée

          Un avocat n’a plus de voix en fin de journée. Que doit-il faire ?

         

          L’objectif est de lui apprendre à bien placer sa voix, bien la connaître, sentir ses limites, savoir repérer lorsqu’elle est fatiguée, à parler fort sans crier ni se faire mal. Enfin, comment préserver sa voix et surtout comment parler avec une voix fatiguée, sans aggraver son cas.

          Toute personne sollicitant beaucoup sa voix dans son métier pourrait être concernée par cette méthode (standardiste, employé(e) de plate-forme téléphonique, commissaire priseur, journaliste, animateur commercial, comédien, guide, etc...).

© Julie Saint-Josse - Une voix n'est pas coutume. Créé avec  Wix.com